Vous Êtes Ici
Accueil > Interviews > Interview BeatzMaking : Amso

Interview BeatzMaking : Amso

Producteur qui préfère l’ombre à la lumière, Amso  a eu la gentillesse d’accorder une interview à BeatzMaking.

BeatzMaking : Merci de prendre le temps de nous répondre. Premièrement peux-tu te présenter ?

Amso : Moi c’est Amso, compositeur du 95 , on a pu me découvrir sur le projet « Licence To Kill » de S.Pri Noir avec le son « Celte » ou le hors série « Wassup ». J’ai commencé en binôme dans le groupe « The Future » et maintenant je suis en solo.

BM : A quelle année remonte tes débuts dans la production musicale et qu’est-ce qui t’a poussé sur cette voie?

A : J’ai débuté la production en 2009 mais j’ai commencé à prendre ça au sérieux en 2011, étant un bousillé de rap, j’ai voulu participer à ce truc !

BM : Es-tu plutôt adepte de logiciels ou de machines ?

A : J’ai commencé par Fruity Loops, puis ensuite j’ai testé Logic Pro et je ne l’ai plus lâché, j’alterne aussi avec Reason.

BM : Peux-tu nous parler de ta façon de créer un beat? Et comment qualifierais-tu ton style de musique?

A : Je suis un grand partisan du sample et j’y mélange de la compo. Je n’ai pas de style particulier, je ne m’enferme pas dans un registre, même si j’ai une préférence pour les sons « soulful ».

BM : Il y a depuis quelques temps un grand débat concernant le style « trap » en France. On a tendance à dénigrer ce type de production. Quel est ton avis?

A : Je n’ai absolument rien contre le « trap », c’est pour moi du rap à part entière. J’en ai pas mal produit à une époque, même si je n’en fait plus maintenant. Je pense que ce qui dérange, c’est que le « trap » soit le courant à la mode et qu’en France, on a un problème avec la mode !

BM : Que penses-tu de ce « retour aux sources » des sons ambiances breakbeats des années 90?

A : Si c’est bien fait pourquoi pas ! Mais en ce moment, dans ce genre de prod, c’est beaucoup de déjà entendu.

BM : Sachant qu’aux USA, les producteurs ont une place de choix, comment vois-tu celle des beatmakers en France?

A : Les producteurs aux USA ont la place qu’ils sont allés chercher. En France, les beatmakers passent leur temps à se plaindre de leur place à l’ombre mais ne font rien pour changer cette situation. Il faudrait donc faire évoluer notre mentalité.

BM : Peux-tu nous citer quelques influences qu’elles soient américaines, françaises ou d’ailleurs?

A : J’ai largement été influencé par les producteurs new-yorkais, principalement Harry Fraud, c’est celui qui m’a clairement donné envie de me lancer dans la production. J’aime beaucoup le travail de J.U.S.T.I.C.E League, Kanye West, The Alchemist et de J.Cole. Pour ce qui est de la France, j’ai grandi avec les productions de Sulee B. Wax et Djimi Finger, mais surtout Dj Mehdi (RIP).

BM : Y’a t-il un producteur renommé dont tu n’aimes pas la musique?

A : DJ Mustard ! Ça me dépasse complétement, je peux comprendre que ça ambiance certaines personnes mais pour moi c’est inécoutable!

BM : Quand tu bosses avec des artistes, par exemple S.Pri Noir ou Mr. Franglish, c’est une totale collaboration avec un échange ou bien tu proposes des prods et eux font leur choix?

A : Je suis un partisan du travail en équipe. Je marche beaucoup au feeling donc je préfère bosser avec l’artiste sur les compos, partager les idées. Par exemple, pour « Celte » de S.Pri Noir, on s’était enfermé chez moi et on a bossé ça dans une bonne ambiance.

BM : Selon les sensibilités de chacun les appellations diffèrent, et toi, te considères-tu comme un beatmaker, un compositeur ou un producteur?

A : J’ai tendance à me dire « producteur » et appeler les autres « beatmaker », je sais qu’ils aiment pas ça !

BM : Et pour finir, peux-tu nous parler de ton actualité et des projets à venir?

A : Je suis sur le projet récemment sorti de Mr. Franglish « Changement d’Ambiance » et je suis sur « Le Monde Ne Suffit Pas » le prochain EP de S.Pri Noir. J’ai aussi collaboré avec Abou 2Being (L’Institut) sur les « Debeingueries » et encore d’autres projets mais que je ne vais pas annoncer pour l’instant , on connait les rappeurs !!!

BM : Merci pour ta participation à cet interview et à très vite dans les colonnes de BeatzMaking.

N’hésitez pas à aller suivre Amso sur Twitter.

Laisser un commentaire

Top