Vous Êtes Ici
Accueil > Interviews > Interview BeatzMaking : Buda & Grandz

Interview BeatzMaking : Buda & Grandz

On poursuit sur notre lancée américaine, et cette semaine c’est un duo qu’on a interrogé, Buda Da Future et GrandzMuzik. On discute de leur parcours, leurs collaborations, leur famille artistique dont leurs liens très forts avec Fred The Godson ou Dave East et plein d’autres choses.

ENGLISH VERSION AVAILABLE HERE

Interview BeatzMaking : Buda & Grandz
BeatzMaking : Salut les gars, pouvez-vous nous faire une présentation de votre duo ?

Buda & Grandz : Nous sommes le duo préféré de l’Amérique. Buda & Grandz.


BM : Quand et comment en êtes-vous arrivés à travailler ensemble ?

B&G : Nous nous sommes rencontrés en 2005, à l’école. IAR.

 

BM : Vous semblez avoir 2 personnalités bien différentes, Buda plutôt loquace et Grandz assez discret, est-ce que ce sont vos différences qui font votre force ensemble ?

B&G : Oui, nous grandissons grâce aux forces de chacun. Voilà ce qui nous donne un avantage sur les autres.

BM : Au départ, vouliez-vous choisir un nom pour votre duo ou pas du tout ?

B&G : On était déjà tous les deux producteurs lorsqu’on s’est rencontré, alors on a gardé nos blazes et on a mis un « et » entre les deux ! Avec le recul, je pense qu’un nom de groupe nous aurait mieux servi.

 

BM : Quels sont les producteurs qui vous ont donné envie de faire des beats ?

B&G : Les habituels, Rza, Kanye, Just Blaze, Timbaland, Dr Dre, Alchemist.

BM : Vous possédez un style très NY, très deep, soulful, pourriez-vous faire un style totalement à l’opposé si un artiste vous le demandait ?

B&G : Oui on peut et on l’a déjà fait. Nous travaillons avec quelques artistes R & B. Comme Jazzy Amra, Katt Rockell, et Estelle. Nous avons même fait un titre de reggae ! (Rires)

BM : Votre catalogue est très impressionnant, de 50 Cent à Meek Mill en passant par The Lox, Juelz, Lloyd Banks, Jim Jones… vous vous adaptez à l’artiste ou l’inverse ?

B&G : Jusqu’à présent, pour la plupart de nos placements, les beats avaient déjà été faits, et l’artiste n’a plus qu’à écrire dessus.


BM : Laquelle de ces collaborations vous a le plus marqué ? Et celle qui vous a le plus servi pour la suite ?

B&G : Nous sommes constamment impressionnés par Dave East, et comment il a grandi dans un laps de temps aussi court.

BM : Vous êtes en première ligne par rapport à son buzz, quelle est votre relation?

B&G : Nous avons une relation très étroite avec Dave, il est comme une famille. Nous avons été là pendant la majeure partie de son parcours musical. Et on continuera.


BM : Fred The Godson a émergé au même moment que vous, j’imagine que c’est toujours mieux d’avancer en famille dans ce milieu de requins?

B&G : Oui c’est toujours mieux. Nous en tant que producteurs, on a envie de devenir légendaires et vraiment laisser notre marque, il faut apporter quelque chose au game. C’est ce que nous avons montré avec Fred, Dave et bientôt Jazzy. Nous avons aussi un autre artiste avec qui nous travaillons très étroitement à l’heure actuelle, son nom est Haddy Racks.



BM : Il vous arrive aussi de collaborer avec d’autres producteurs comme Beat Butcha ou VDon… comment se passe le travail avec eux? Quelle est la répartition des tâches?

B&G : Beat Butcha est notre frère, il vient aux États-Unis quelques fois par an, et chaque fois qu’il vient, on s’enferme en studio. On collabore très souvent avec d’autres producteurs au studio. On préfère être là, se poser et créer à partir de zéro.

 

BM : Concernant la production, est-ce que le clearage de sample est toujours aussi compliqué?

B&G : Ces derniers temps, nous avons essayé de rester à l’écart des samples, ça peut causer beaucoup de problèmes et des maux de tête. Après, si le sample est intestable on a pas le choix ! (Rires)

 

BM : Selon vous, internet a brisé les règles ou a brisé l’industrie ?

B&G : Ça a aidé à bien des égards dans la mesure où c’est plus pratique. Mais ça donne aussi accès à la musique à n’importe qui, ce qui n’est pas toujours une bonne chose. Surtout dans ce marché concurrentiel.


BM : Êtes-vous déjà venus en Europe voire en France?

B&G : On est pas encore allé à l’étranger en tant que duo. Mais on a l’intention de le faire dans un proche avenir. Et forcément on vous tiendra au courant quand ça se fera !

 

BM : Pourriez-vous être amenés à travailler avec un artiste français même si vous ne comprenez pas la langue ?

B&G : Oui, la musique est une question d’ambiance et de feeling. Il n’y a pas de langue pour ça.


BM : Avez-vous des conseils à donner aux producteurs d’ici sachant que très peu se font un nom, même s’ils produisent les plus gros hits?

B&G : Le meilleur conseil que nous pouvons donner est de croire en soi, travailler dur, perfectionner son taf, créer par rapport à ce qu’on aime et pas en fonction de ce qui passe à la radio. Construire une équipe forte avec de grosses individualités.

 

BM : Pour finir, quel est l’avenir pour Buda & Grandz ? A quoi doit-on s’attendre pour fin 2015, 2016 et le futur?

B&G : Nous avons quelques grands projets à venir dont nous ne pouvons pas encore parler. Nous avons travaillé avec Dave East sur son album, on bosse aussi avec Wyclef Jean qui est notre mentor. Et y’a le développement de notre artiste Jazzy. On prépare aussi un drumkit officiel, et nous commençons aussi une famille de producteurs appelé Legion Of Boom.

BM : Merci les gars et on espère à bientôt sur notre territoire !

 

N’hésitez pas à suivre Buda Da Future et GrandzMuzik sur les réseaux sociaux : Twitter, Instagram, Soundcloud et YouTube.

One thought on “Interview BeatzMaking : Buda & Grandz

Laisser un commentaire

Top